RSS
RSS

-59%
Le deal à ne pas rater :
TEFAL Marmite 28 cm inox – Tous feux dont induction – 9,6 L
21.99 € 53.97 €
Voir le deal

Mad in heaven feat Koichi
 :: Tokyo – Zone sécurisé :: Ueno – 上野 :: Hôpital

Tanaka Yue
Devil’s slave
Tanaka Yue
Race/Aspiration : Amateur de paranormal
Emploi/Études : Barman
Date d'inscription : 06/06/2018
Messages postés : 85
Avatar : Yusuke [lynch.]
Dim 23 Sep - 8:54


Mad in heavenTANAKA Yue & NISHIMURA Koichi




J’ai fait un malaise il y a deux jours. J’avais beaucoup bu et sans doute trop consommé de drogue. Résultat, j’ai fini aux urgences avec quelque chose se rapprochant d’une over dose. Comme ce n’était pas la première fois, le médecin a préféré me garder en observation. D’après lui j’avais besoin de repos mais surtout d’un bilan psychiatrique. Il pense que j’ai voulu me suicider. Ce n’était pas mon intention. Pas cette fois en tout cas. C’était un accident mais il faut croire que je ne suis pas assez crédible lorsque j’essaie de l’expliquer. Je n’ai donc pas le droit de rentrer chez moi. En tout cas pas avant d’avoir vu un professionnel. Il doit établir si oui ou non je suis un danger pour moi-même. Ensuite… je vais sans doute devoir suivre un traitement pour une addiction que je n’ai pas. Après tout je contrôle parfaitement ma consommation de stupéfiant. Je ne suis pas accro à un produit en particulier et je peux très bien m’en passer. Ça m’aide juste à me détendre et à passer une bonne soirée mais comment l’expliquer à une blouse blanche ? Enfin je n’en veux pas au médecin. Il était mignon et à promis de venir prendre de mes nouvelles. Avec un peu de chance il est célibataire et de ce bord là… Et si ce n’est pas le cas, je tenterais quand même ma chance. Après tout il pourrait se montrer curieux.

J’arrive avec un peu d’avance. Je n’avais pas envie de rester enfermé dans cette chambre déprimante. Depuis hier soir je dors dans l’aile psychiatrique et franchement, si je n’étais pas suicidaire avant d’arriver ici, je le suis maintenant. Enfin j’imagine que c’est un mauvais cap à passer et puis j’ai vu et connu pire.

Il n’y a pas grand monde dans la salle d’attente. Il y a juste un garçon. Il a l’air plus jeune que moi. C’est fou quand même, en ce moment j’ai l’impression d’avoir pris un coup de vieux et de n’avoir que des petits jeunots autour de moi mais c’est sans doute la crise de la trentaine qui me fait dire ça.

Lorsqu’il relève la tête vers moi je lui adresse un sourire. Je suis du genre sociable et plutôt avenant comme garçon. J’aime plaire et il n’y a que lorsqu’un homme me fait craquer que je perds un peu mes moyens. Comme avec ce docteur qui m’a envoyé ici. Je suis certain que s’il avait été vieux et moche je ne me serais pas laissé faire. Ah ! Je suis parfois si faible…

La salle d’attente est plutôt grande et pourtant je décide de m’installer pratiquement en face de l’autre garçon. Je crois que j’ai besoin de faire un brin de causette. Ça me détendra avant de parler à ce psy qui va essayer d’entrer dans ma tête pour me trouve des problèmes que je n’ai pas. Après tout, abuser des bonnes choses ça arrive à tout le monde non ?

Au bout de quelques minutes de silence, je décide de briser la glace le premier. Ça nous occupera.
« Bonjour. Je m’appelle Yue. »


 

 



Nishimura Koichi
Devil’s slave
Nishimura Koichi
Race/Aspiration : Amateur de paranormal
Emploi/Études : Sans emploi
Date d'inscription : 25/05/2018
Messages postés : 76
Avatar : Aki [Arlequin]
Dim 23 Sep - 22:12

Mad in heavenTANAKA Yue & NISHIMURA Koichi

Ces derniers jours ont été chaotiques, cauchemars à répétitions, crises, changement de personnalités, phobies … Koichi n’arrivait plus à contrôler les évènements qui devenaient de plus en plus violents. Le patient savait pourquoi tous ces changements avait eus lieu, il était persuadé que cela était dû aux nombreuses mauvaises rencontres qu’il avait fait, qu’il n’avait plus vu les personnes auxquelles il tiens depuis un moment et que l’infirmière qui se chargeait de lui avait dû être remplacé par un autre suite à son décès prématuré … Une suite d’évènement qui avait totalement fait perdre l’esprit à Koichi jusqu’à en venir à ne plus manger ni dormir depuis plusieurs jours … Constamment mis en salle d’isolement, seul avec ses démons, il n’avait plus revu la lumière du jour à part pour se rendre en salle médicale … Suite à son changement de comportement les traitements étaient plus agressifs, dose de médicaments plus importantes, thérapie par électrochoc augmenté … Un véritable enfer … Sans parler de ce nouvel infirmier qui s’occupait de lui à présent … Un homme froid et qui ne cherchait pas vraiment à comprendre ce que souhaitait Koichi. Il était dur et strict sans parler de sa façon de lui crier dessus si jamais il demandait une faveur … Autant dire que Koichi vivait un véritable enfer, pour lui qui ne pensait pas tomber plus bas … Et pourtant, le patient s’efforçait de garder le sourire, de continuer d’avancer malgré ses craintes et sa tristesse ainsi que la maladie et la fatigue qui commençait à se voir sur les traits de son visage dû aux nombreuses insomnies de ces dernières nuit …

Il avait aussi maigri, ce qui avait inquiété les médecins qui n’avaient pourtant pas jugé bon d’arranger les conditions de son internement à l’asile. Son visage était plus blanc qu’à l’accoutumé, des cernes creusaient ses yeux quant à son sourire il semblait beaucoup plus fade. Prostré dans sa cellule d’isolement, le blond à pics cherchait à s’échapper de cette endroit en imaginant un monde sans barrière, la liberté qui lui tendait les bras avec les personnes qu’il aimait … Il n’avait même pas sa boîte à musique pour le rassuré dans la pénombre de sa prison … C’est alors que le tintement des clés lui fit relever la tête en direction de la porte capitonné, espérant désespérément que cette fois on viendrait pour lui … A chaque fois qu’il entendait ce bruit son cœur se remettait à tambouriner férocement dans sa poitrine avant que ses espoirs ne s’envolent une fois encore en entendant une autre cellule s’ouvrir … Quand est-ce que ce calvaire allait prendre fin ? Las, il laissa sa tête retomber entre ses bras sentant la tristesse le gagner alors qu’il resserrait une poignée de ses cheveux dans sa main. Il laissa les larmes monter et étouffa le silence des lieux avec ses sanglots. Il s’efforça de penser aux notes de musique de sa boîte et se berça un petit peu pour oublier les ténèbres qui l’enveloppait. Le noir l’avait toujours effrayé, être enfermé ici n’arrangeait rien à la situation … Le blond chantonna un petit air qui fut déformer par les vibrations de ses larmes avant que ses plaintes ne l’emporte sur cette mélodie. Penser à des paysages ne l’aidait pas, l’image des visages qui réchauffaient son cœur se distillaient dans sa mémoire tant cela faisait longtemps qu’il ne les avait plus revu …

Une fois encore le tintement de ces clés au fond du couloir, presque imperceptible tellement cela semblait lointain. Impossible de savoir si cela était le fruit de son esprit paranoïaque ou si tout cela était bien réel … C’est alors que sa cellule s’ouvrit sur des infirmiers venus pour le récupérer. Son regard embué se posa sur ces visages durs qui le fixaient avant que l’un d’eux ne fasse un signe autoritaire de la tête pour lui intimer l’ordre de sortir. D’un geste du poignet, le blond balaya ses larmes et se redressa fébrilement, titubant jusqu’à s’approcher de l’entrée et s’arrêter en face de l’un des gardiens. Il le fixa un instant, il ne savait pas si c’était bien vrai et demandait l’autorisation silencieuse de quitter cette pièce glaciale. Impatient, l’homme le poussa rudement dans le dos pour le forcer à avancer faisant naître une douleur de plus dans son cœur. Docilement Koichi sortit de sa cellule et suivit ses gardes pour rejoindre les couloirs de l’hôpital. Il n’avait aucune idée d’où ils l’emmenaient encore … Il n’avait plus le droit de sortir pendant un temps, la salle de jeu lui était interdite le temps qu’il s’assagisse, autrement dis que ses crises se calment, et il avait déjà eu plusieurs séance d’électrochocs dans la matinée. A moins qu’ils décident de l’y emmener encore une fois ? Comme à chaque fois le blond se mit à paniquer et attrapa doucement le bras de l’un des infirmiers.

« J’ai déjà eus quatre séances aujourd’hui, je ne supporterais pas une cinquième … » L’implora Koichi alors qu’il pinçait ses lèvres et que de nouvelles larmes se massaient dans ses yeux.

Sans un mot, l’homme dégagea son bras sans la moindre douceur et emmena Koichi jusqu’à la salle d’attente du psychologue … Cela faisait un moment qu’il n’y avait pas été … Peut-être parce que son état venait encore d’empirer ? Le blond se calma un peu et regarda les hommes partir en refermant la porte de la salle. Faisant courir ses yeux autour de lui, le blond s’aperçus que deux femmes et un garçon attendaient eux aussi. Tous le regardaient avec effroi. C’est vrai qu’il avait toujours effrayé les gens de par son style peu engageant mais en ce moment il faisait peur avec son visage blanc et ses yeux cernés … Il les salua tout de même en s’inclinant par politesse et leur fit un sourire amical. Il n’eut le droit qu’à l’ignorance de leur part sauf pour le petit garçon que lui adressa un signe de main. Ce simple petit geste, même minime ranima son cœur d’un peu de chaleur dont il venait à manquer cruellement. Son sourire s’élargit un peu plus alors qu’il allait s’installer sur un siège près de lui. Mais l’une des femmes près de lui qui semblait être sa mère le prit contre elle et changea de place, son fils sous le bras pour s’asseoir plus loin. Koichi perdit son sourire en les voyant s’éloigner et baissa les yeux attendant patiemment que son tour vienne … C’est-à-dire dans deux heures …

Le temps défila sous les yeux du patient qui ne cessait de fixer l’horloge en se demandant quand est-ce que viendrait son tour … Il n’avait que ça à faire de toute façon, disons qu’il ne pouvait pas faire grand-chose d’autre … Les autres patients s’enchaînèrent alors que le temps lui parut de plus en plus long ne faisant pas vraiment attention à ce qui se passait autour de lui. Il se retrouva seul quelques minutes avant qu’un homme ne prenne place en face de lui. Koichi plongea un petit instant ses yeux dans les siens et comme pour tous les autres lui adressa une inclinaison de la tête en guise de salue. Les pensées sombres s’enchevêtraient maintenant dans sa tête lui faisant perdre un peu le sens des réalités en se perdant dans sa bulle. Lui qui d’habitude était si haut en couleur, toujours souriant et social avec n’importe quel inconnu, les évènements de ces derniers jours l’avait rendu plus terne et triste … Quand finalement la voix de l’autre homme en face s’éleva dans la pièce au bout de quelques minutes, brisant ainsi le silence. "Bonjour. Je m’appelle Yue." Koichi releva la tête vers lui avant de regarder autour de lui pour voir à qui il s’adressait. Mais voyant qu’ils n’étaient que deux dans la pièce, le blond montra en direction de son visage comme s’il était étonné qu’on lui adresse la parole.

Il avait besoin de réconfort et la chaleur d’un peu d’attention, ne serait-ce qu’un sourire, un simple mot gentil pourrait l’aider à ne plus y voir aussi noir que ces derniers jours. La situation commençait à devenir critique en ne cessant de se dégrader et un peu de contact humain lui ferait du bien … Touché qu’on daigne avoir un peu de considération pour lui, il se redressa pour venir s’installer sur la chaise à côté de celle de Yue. Il se demandait si cet homme n’avait pas peur de lui comme tous les autres, s’il allait finir par s’éloigner et ne plus l’approcher lui aussi.

« Tu n’as pas peur de moi ? » Lui demanda curieusement le jeune homme en fixant un instant le visage de Yue. Il finit par pencher un peu la tête et de lui adresser un sourire avenant dont il avait besoin pour se sentir mieux. « Je m’appelle Koichi, enchanté. » Il savait que même s’il n’avait pas peur de lui, il allait passer sa séance et partir comme il était venu. Comme tous les autres auxquelles ils s’étaient attachés, il n’allait plus jamais le revoir, et ainsi son cauchemar allait se poursuivre ...

Tanaka Yue
Devil’s slave
Tanaka Yue
Race/Aspiration : Amateur de paranormal
Emploi/Études : Barman
Date d'inscription : 06/06/2018
Messages postés : 85
Avatar : Yusuke [lynch.]
Jeu 4 Oct - 21:50


Mad in heavenTANAKA Yue & NISHIMURA Koichi




J’arque un sourcil à sa question. Avoir peur de lui ? J’ai même du mal à retenir un petit rire. Pourquoi est-ce qu’il me ferait peur ? Parce qu’il est interné ? C’est aussi mon cas. D’ailleurs s’il doit y avoir quelqu’un de dangereux dans cette pièce ça serait plutôt moi. Après tout, n’ai-je pas sauvagement assassiné mon propre père ? Bien sûr c’était il y a des années et il s’agissait de légitime défense cependant il m’arrive parfois de me demander si je n’y ai pas pris plus de plaisir que nécessaire… Et si je pourrais avoir envie de recommencer…

J’esquisse un sourire lorsque mon nouveau compagnon d’infortune se présente :
« Enchanté Koichi, même si j’aurais préféré te rencontrer dans d’autres circonstances. »
Je pousse un petit rire nerveux avant de lâcher un court soupir. Bon sang ! Ce que je déteste cet endroit. J’espère qu’ils me laisseront vite sortir d’ici !
« En temps normal c’est au boulot que je rencontre les gens. Je suis barman dans un night-club de Shibuya. C’est quand même plus sympa et fun comme endroit. Je te donnerais l’adresse, comme ça tu pourras passer me voir là bas.»
D’ailleurs mon boulot me manque déjà ! L’alcool, la drogue, la musique, l’ambiance, les corps qui se rencontrent sur et hors piste de danse… Autant de sensations qui me font défaut dans ce maudit asile psychiatrique !
« De toute façon je ne resterais pas longtemps ici. Juste le temps d’un bilan. Une formalité quoi. »
Enfin j’espère… Il me vient quand même un doute… J’espère que le psy ne va pas remettre sur le tapis mon passé comme prétexte pour pouvoir me garder plus longtemps que prévu. À cette pensée je sens mon rythme cardiaque s’accélérer et mon estomac se nouer légèrement cependant je prends une profonde inspiration et veille à garder mon sang froid. Ce n’est pas le moment de faire une crise de panique ou de jouer les hystériques parce que c’est justement ce genre de chose qui risque de jouer en ma défaveur.

J’adresse un sourire à mon voisin tout en tentant de redevenir maitre de mes émotions et je pense qu’il peut m’y aider. Après tout faire la conversation devrait me permettre de me changer les idées :
« Et toi ? Tu es là pour quoi ? »
Je me rends compte que ma question est un peu direct et intrusive, alors je m’empresse d’ajouter :
« Si tu ne veux pas en parler, pas de problème. On peut juste parler de tout et de rien en attendant qu’on vienne s’occuper de nous. »




Nishimura Koichi
Devil’s slave
Nishimura Koichi
Race/Aspiration : Amateur de paranormal
Emploi/Études : Sans emploi
Date d'inscription : 25/05/2018
Messages postés : 76
Avatar : Aki [Arlequin]
Dim 7 Oct - 14:57

Mad in heavenTANAKA Yue & NISHIMURA Koichi

Un petit rire qui surprit légèrement le patient, s’attendant à tout sauf à une réaction comme celle-ci de la part de l’autre homme. Il avait dit quelque chose de drôle ? Parfois le blond ne s’en rendait pas compte, il ne le faisait même pas exprès, mais il arrivait à amuser les gens qui ne le craignaient pas ou qui essayait de converser avec lui. "Enchanté Koichi, même si j’aurais préféré te rencontrer dans d’autres circonstances." N’importe quel endroit sans doute serait bien mieux que celui-ci pour une rencontre … Mais le patient n’avait pas le choix, il était rare pour lui de pouvoir s’approcher des autres sans qu’ils ne fuient ou en dehors de l’hôpital. En bon citoyen Japonais, Koichi inclina la tête, le remerciant d’avoir laissé les préjugés de côté pour discuter avec lui et se présenter. Une chose dont n’avait pas beaucoup l’occasion le blond c’est vrai, les occasions étaient rares alors quand l’une d’elle se présentait face à lui, il saisissait l’opportunité. "En temps normal c’est au boulot que je rencontre les gens. Je suis barman dans un night-club de Shibuya. C’est quand même plus sympa et fun comme endroit. Je te donnerais l’adresse, comme ça tu pourras passer me voir là bas." Une chance inimaginable que le barman semblait sans doute penser que c’était à la portée de tout le monde … Le visage de Koichi s’illumina un court instant pour remplacer sa joie par un sourire triste.

« C’est gentil, mais ça ne sera pas nécessaire … J’ai très envie de te revoir en dehors d’ici mais j’ai été privé de sortie pendant les deux prochains mois … Et même s’ils me redonnent une autorisation ce ne sera qu’une journée par semaine. » Autrement dis il lui était interdit de sortir la nuit … Il n’avait jamais connus la fête et les rires, l’ambiance nocturne particulière de Shibuya … « Mais merci, ça aurait été avec joie ! » Dans d’autres circonstances en effet …

"De toute façon je ne resterais pas longtemps ici. Juste le temps d’un bilan. Une formalité quoi." Une expression de tristesse passa sur son visage pendant un petit instant … Cela voulait certainement dire que cette rencontre agréable n’allait durer que quelques minutes, si peu dans une vie d’emprisonnement, juste le temps que le psychologue se charge de l’un d’eux et ils ne se reverraient plus après ça … Autant en profiter pendant qu’il en est encore tant … Mais Koichi ne pouvait que le comprendre. Qui pouvait aimer rester coincé entre ces quatre murs où la peur et la violence règne en maître ? Qui aimerait être traité comme un animal et voir ses libertés supprimés du jour au lendemain ? Le blond ne le souhaiterait à personne, même pas à son pire ennemi s’il en avait un jour … "Et toi ? Tu es là pour quoi ?" Lui demanda le barman sous l’expression un peu surprise du patient qu’on lui demande une chose pareille. Pas que c’était déplacé, mais plutôt parce que ce n’est pas quelque chose qui intéressait les gens d’ordinaire … "Si tu ne veux pas en parler, pas de problème. On peut juste parler de tout et de rien en attendant qu’on vienne s’occuper de nous."

« Je n’ai rien à cacher. » Dit-il avec un sourire plus joyeux essayant de se faire le plus amical possible et cacher sa douleur par la même occasion. « Les médecins m’ont diagnostiqués schizophrène il y a quatorze ans. Depuis je suis là. » Raconta alors le patient avec un air tellement détacher qu’on pourrait presque s’en étonné. Mais quand les années passent et que la situation n’évoluent pas, on apprend avec son environnement … On se fait à la vie qui s’impose et on apprend à faire face aux problèmes que l’on rencontre. La patient a eus l’occasion de rares fois de passer des moments joyeux, mais tellement peu face à la souffrance qu’il endure tous les jours. « C’est comment Tokyo la nuit ? » Demanda le blond qui aurait vraiment aimé voir toutes ces lumières de ses propres yeux …

Il est vrai qu’à part sa chambre d’hôpital, le bloc opératoire, les différentes salles de traitements et la cellule d’isolement il n’avait rien vue d’autre. Les courtes sorties auxquelles il avait droit le samedi généralement ne duraient pas assez longtemps pour qu’il s’éloigne de Ueno, restant proche de l’hôpital pour ne pas risquer un retard … Il n’avait pas eus l’occasion de voir d’autres décors si ce n’est sur les photos des cartes postales ou à la télévision quand les infirmiers les laisser regarder un programme pendant plus d’une heure … Ce qui persistait dans les programmes qu’ils leurs faisaient gober au même stade que les médicaments, cela ne parlait que de sorcières et de politique … Comme s’ils essayent de leur mettre en tête une idéologie, semblable de l’époque de la seconde guerre mondiale sous dictature … Une vie bien sombre que la population entière ne soupçonne pas, les souffrances de certains que les gens pensaient abolis au Japon depuis des années mais qui persistent encore dans l’ombre … Mais étant donné que malgré son malheur, son tempérament voulait le sourire et le bonheur des autres, il resta silencieux sur le quotidien qu’il vivait ici, ou du moins auquel il essayait de survivre chaque jour pour lui adresser un sourire chaleureux.

« Tu es barman donc ? Après cela tu retourneras à ton travail ? Tu as l’air d’aimer ce que tu fais ! » Le patient le regarda plus en détails essayant d’apprendre par cœur ses traits comme si c’était la première fois qu’il rencontrait quelqu’un de l’extérieur. « Qu’est-ce qui t’amène ici alors ? Ta place est à Tokyo et non pas dans un hôpital aussi morbide que celui-là … » A l’image du bossu de Notre-Dame le jeune n’avait pas le droit de quitter l’asile et de voir ce qui se passait au-delà de cette fenêtre …

Tanaka Yue
Devil’s slave
Tanaka Yue
Race/Aspiration : Amateur de paranormal
Emploi/Études : Barman
Date d'inscription : 06/06/2018
Messages postés : 85
Avatar : Yusuke [lynch.]
Jeu 1 Nov - 8:46


Mad in heavenTANAKA Yue & NISHIMURA Koichi




J’esquisse un sourire lorsqu’il m’explique ce qu’il fait ici ou plutôt pourquoi il est ici. Il est schizophrène. Ça ne m’impressionne pas vraiment. J’en connais qui le sont et qui vivent à l’extérieur une vie à peu près normale si ce n’est qu’ils ne doivent pas oublier de prendre leurs médicaments et qu’ils ne doivent pas prendre de drogue ni l’alcool. En clair, ils mènent une vie très chiante. La sienne n’a pas l’air très palpitante et au final je le plains beaucoup. Si je m’écoutais, je le pousserais à faire une fugue avec moi, le temps d’une nuit histoire de lui changer les idées et de lui montrer ce qu’est la vie ! Mais ça ne serait pas très raisonnable et puis… je n’ai pas envie qu’il ait des ennuies… Quoique… Si on ne se fait pas prendre ? Un large sourire se dessine sur mon visage alors que mille et une idées fusent dans mon esprit. Il est encore trop tôt pour comploter mais je garde mes idées de côté au cas où.

Sa question sur Tokyo la nuit me fait sourire. Loin de me moquer de lui, mon sourire est plutôt rempli de tendresse et de tout l’amour que je porte à l’univers dans lequel j’évolue.
« J’aime Tokyo la nuit. Elle est belle et différente. J’aime les sons et les lumières mais aussi tous ces gens qui deviennent enfin eux-mêmes lorsqu’ils quittent les habits de salaryman ou encore de gens bien comme il faut. »
C’est un Tokyo plein de débauche au sens large du terme et de distraction que j’aime. Un Tokyo qui n’est pas pour les blanches colombes et frêles agneaux. Mon Tokyo est à mon image. Sombre et lubrique, drôle et mystérieux, plein de vice et plaisir… Un endroit qui n’est certainement pas pour un gentil garçon comme lui et à côté de moi, j’ai l’impression qu’il fait figure d’enfant de cœur… mais je me trompe peut-être. Après tout, je ne le connais pas encore et peut-être a-t-il lui aussi de sombre secret ?

« Oui j’ai hâte de retourner à mon travail ! Je l’aime tellement. Lui mais aussi mes chats. Ils sont en pension eux aussi pendant que je moisis ici. Et si je m’écoutais, je ferais le mur ce soir pour m’amuser dans le premier bar que je trouverais. Je boirais et danserais avec des inconnus jusqu’au petit matin. »
Je me ferais sans doute un rail de coke et je baiserais avec la première créature que je trouverais à mon goût…

« Dis-moi, c’est quoi le numéro de ta chambre ? La mienne c’est la 307. Troisième étage, septième porte, côté cours. »
Comme si j’avais envie d’avoir vu sur l’intérieur de ce bâtiment… J’aurais préféré avoir vu sur le parking et les environs.
« Si ça se trouve, on est pas très loin l’un de l’autre. »





Nishimura Koichi
Devil’s slave
Nishimura Koichi
Race/Aspiration : Amateur de paranormal
Emploi/Études : Sans emploi
Date d'inscription : 25/05/2018
Messages postés : 76
Avatar : Aki [Arlequin]
Mar 20 Nov - 15:22

Mad in heavenTANAKA Yue & NISHIMURA Koichi

Le patient avait la chance de pouvoir directement converser avec une personne venue de l’extérieur, d’en apprendre un peu plus sur cette vie dont il rêve de pouvoir vivre les aventures. Les questions qu’il s’était posées depuis tant d’année sortaient toutes seules de sa bouche. Ayant pendant longtemps cherché à y trouver une réponse tout seul, à éluder ces informations sans preuve authentique de ce qu’il avance. Mais n’est-ce pas à cela que sert l’imagination ? A s’évader de sa prison ? Rêver malgré les cauchemars qui se dressent face à lui. Le tourment est son quotidien et il est persuadé qu’en ville les choses sont différentes. Les gens vivent en suivant leurs désirs, une illusion pour lui qui n’a connus que les murs blancs de l’hôpital, une existence agréable qu’il ne peut seulement espérer que dans ses songes et construire de toute pièces dans ses songes comme on regarderait un film derrière un écran de télévision sans pouvoir atteindre cet univers … "J’aime Tokyo la nuit. Elle est belle et différente. J’aime les sons et les lumières mais aussi tous ces gens qui deviennent enfin eux-mêmes lorsqu’ils quittent les habits de salaryman ou encore de gens bien comme il faut."

Le patient l’écoute avec attention, fasciné par son récit. C’est comme si on lui lisait un conte de fée qu’il ne pourrait oser vivre que dans ses rêves les plus fous. Un peu comme si ce citoyen comme beaucoup d’autres avait la chance de faire partie de ce monde. Une chance que les gens ne réalisent pas forcément quand ils sont plongés dedans depuis la naissance. Koichi aimerait beaucoup qu’il lui fasse connaître son univers, mais qu’en serait-il si le patient à son tour lui montrait l’envers du décor dans lequel il vit ? Lui prouver qu’il avait cette chance d’être dehors ? Sans doute en avait-il un léger avant-goût en mettant les pieds ici … "Oui j’ai hâte de retourner à mon travail ! Je l’aime tellement. Lui mais aussi mes chats. Ils sont en pension eux aussi pendant que je moisis ici. Et si je m’écoutais, je ferais le mur ce soir pour m’amuser dans le premier bar que je trouverais. Je boirais et danserais avec des inconnus jusqu’au petit matin." Un sourire illumina alors le visage du patient à son récit comme s’il entendait une histoire merveilleuse sur un monde unique plein de magie. Comme tous ces enfants qui rêvent de pouvoir pénétrer l’univers magique de Disney, de vivre des aventures hors du commun. Ou comme tous ces adolescents qui espèrent aller à l’école de magie comme leur héros Harry Potter. Koichi était un jeune rêveur qui n’avait jamais eus la chance de voir ce qu’offre la véritable existence en toute liberté.

Il avait presque envie de lui demander de venir avec lui, mais à son contraire, lui était en pension ici indéfiniment, peut-être même jusqu’à la fin de ses jours sans espérer pouvoir sortir d’ici là … Les conséquence s’il se fait prendre, et il se fera forcément prendre, seraient encore plus désastreuses que ce qu’il vit actuellement … Par la faute de cette créature qui était venu tuer la seule personne qui le soutenait à l’hôpital, qui s’occupait de lui en mettant de côté les préjugé sur sa maladie et qui avait toujours de l’amour à donner à ces pauvres malade … Son décès l’a affecté bien plus que de raison, les images de cette nuit reviennent encore et toujours hanté ses pensées, il la revoit mourir devant ses yeux à chacun de ses cauchemars. Une épée Damoclès tangue dangereusement au-dessus de sa tête, le combat n’est pas terminé … Cet homme reviendras et le monstre qui sommeille en lui se réveillera encore et encore jusqu’à devenir incontrôlable … Les évènements traumatisant qu’il a vécus depuis peu l’ont précipité dans sa folie et lui a valu un allé simple en cellule d’isolement, point centrale des enfers duquel il ne peut espérer s’échapper … "Dis-moi, c’est quoi le numéro de ta chambre ? La mienne c’est la 307. Troisième étage, septième porte, côté cours." Un endroit paradisiaque en comparaison avec lui qui a des barreaux à sa fenêtre … "Si ça se trouve, on est pas très loin l’un de l’autre." Un sourire attristé mais tout de même remplis de gentillesse se peint sur ses lèvres alors qu’il peine à garder sa bonne humeur, il fixe un instant l’autre jeune homme dans le silence.

« Tu sais … Nous ne sommes pas du tout dans la même section toi et moi … »  Lui avoua alors Koichi. « Tu réside dans le bâtiment des patients temporaires, ceux de qui on prend soin parce qu’ils vont ressortir d’ici peu de temps et qu’il ne faudrait pas que les gens se fassent un mauvais jugement de l’asile … Moi je suis dans la partie des malades graves et permanent … Ceux de qui on se préoccupe à peine, qu’on se permet de malmener parce qu’ils ne pourront jamais ressortir d’ici avant leur mort. Et un mort ne peut pas parler des atrocités qu’on lui a fait subir. »  Malgré ses paroles morbide, le patient s’efforce pourtant de sourire à son hôte pour ne pas lui faire peur, pour ne pas qu’il s’inquiète. Koichi avait un tempérament joyeux, il offrait le sourire autour de lui pour compenser les horreur qu’il vit tous les jours. « Je suis dans la chambre 13. »  Coïncidence ? Sans doute … Du moins le patient osait l’espérer …

Certes il n’était pas le plus à plaindre, et c’est ce qu’il se disait à chaque fois que la douleur le traversait ou que la crainte l’emportait sur sa raison, une manière comme une autre d’effacer la tristesse ou au moins de tarir son chagrin le temps d’une mélodie chanté par sa boîte à musique … Le blond regarda la porte fermé du psychologue qui était toujours en consultation.

« Bientôt tout cela sera derrière toi, tu oublieras vite que tu as mis les pieds ici. » Il oubliera sans doute jusqu’à l’existence de Koichi, comme beaucoup de résidents temporaires. « Tu as juste à patienter, tu verras qu’en fermant les yeux ça iras vite, tu vas retrouver ton quotidien paisible … »  Un nouveau sourire qui se voulait rassurant fut adressé à Yue avant qu’il ne réalise qu’il valait mieux changer de sujet. Il n’était pas là pour lui tirer des larmes mais le faire sourire et faire passer le temps plus rapidement pour que son séjour ici lui paraisse moins pénible. A défaut de ne pas pouvoir retrouver sa liberté et avoir cette chance un jour, Koichi se devait de le transmettre aux autres et peut être pouvoir vivre à travers eux. « Tu aimes faire la fête ? Tu dois vraiment beaucoup t’amuser ! Raconte-moi un peu les meilleurs moments que tu as passés dehors ? »  Comme si cela pouvait lui donner une bride de vérité sur ce qui se passe loin de ces barreaux et lui faire vivre l’espace d’un instant des sensations chimériques auxquelles il n’aura certainement jamais l’occasion de goûter …

Tanaka Yue
Devil’s slave
Tanaka Yue
Race/Aspiration : Amateur de paranormal
Emploi/Études : Barman
Date d'inscription : 06/06/2018
Messages postés : 85
Avatar : Yusuke [lynch.]
Jeu 20 Déc - 0:35


Mad in heavenTANAKA Yue & NISHIMURA Koichi



Je suis surpris par ce qu’il me dit. Nous ne sommes pas dans la même section et apparemment il souffre de troubles bien plus importants que les miens. J’ai du mal à l’imaginer. Il a l’air si normal si bien sûr il existe une normalité et je ne suis pas un exemple en la matière, loin de là. J’ai un passif particulièrement chargé mais ça c’est une autre histoire.

Je l’écoute attentivement sans l’interrompre, allant de surprise en surprise sur la manière dont il est traité par le personnel médical. C’est injuste et en même temps qu’y pouvons-nous ? Nous sommes fous. C’est en tout cas comme ça que la société nous définis. On aura beau se plaindre, personne ne nous croira. Par définition nous ne sommes pas des gens fiables, lui sans doute plus que moi puisque je sortirais d’ici peu. D’où la différence de traitement. C’est malgré tout regrettable.
« Ta mort ? Tu ne pourras vraiment jamais sortir d’ici ? »
Je trouve ça triste surtout de mon point de vu puisque j’ai soif de liberté. J’ai vécu trop longtemps sous la coupe de mon père et de ses règles pour me laisser à nouveau emprisonner et savoir dans quelle situation il se trouve me révolte sans que je ne sache comment lui venir en aide.

Koichi a l’air de s’être résigné à son sort et tout ce que je peux faire c’est partager avec lui mes meilleurs souvenirs. C’est ce que je fais sans retenue ni demi-mesure. Je lui parle des plus belles soirées qui ont pu avoir lieu au club, des quelques amants et amantes qui ont le plus marqué ma vie sexuelle. De ce côté-là je ne suis pas avare en détails. Après tout, la pudeur et moi, ça a toujours fait deux. Je lui parle des meilleurs cocktails que j’ai réalisé, de leur composition et du goût qu’ils pouvaient avoir. Tous mes récits sont denses en détails pour qu’il puisse se faire une idée très précise de ce que j’ai pu vivre et ma vie ne s’arrête pas là. Des fêtes, il y en aura d’autres. Beaucoup même. Ma vie se doit d’être un amusement et je veille à ne pas me priver des petits plaisirs qu’elle peut m’offrir. Voilà ce qui arrive quand on grandit dans un carcan trop longtemps, on n’a plus aucune limite une fois lâché dans la nature.

C’est presqu’à bout de souffle et le sourire aux lèvres que j’achève ma dernière histoire.
« Et toi ? Il n’y aucun souvenir heureux que tu aimerais partager avec moi ? Après tout, tu n’as pas vécu ici toute ta vie, si ? »
Je suis quand même curieux de connaître les circonstances qui l’ont conduit ici.






Nishimura Koichi
Devil’s slave
Nishimura Koichi
Race/Aspiration : Amateur de paranormal
Emploi/Études : Sans emploi
Date d'inscription : 25/05/2018
Messages postés : 76
Avatar : Aki [Arlequin]
Dim 5 Avr - 7:07

Mad in heavenTANAKA Yue & NISHIMURA Koichi

Pour certains il est difficile de dire combien de temps cela va durer, il y en a même certains qui sont conscient qui vont finir leurs jours ici. L’hôpital avait des airs de prisons pour la plupart des patients de l’asile. Si pour ceux qui sont ici pour raison médicale physique, eux n’ont qu’à se dire qu’ils vont bientôt sortir, bientôt retrouver l’extérieur avec leur proche qui les attende. Pour les fous de l’asile il y a peu de chance que quelqu’un en dehors espère les revoir, il est même compliqué d’imaginer qu’ils comptent réellement pour quelqu’un. Koichi était capable de savoir cela malgré le peu qu’il a connus de l’extérieur, il était tout à fait en mesure d’imaginer leur douleur et faire preuve de compassion même s’il fait partie du même cercle. Comme si ses problèmes étaient toujours moins graves que ceux des autres. Lui qui avait un grand cœur, il pensait beaucoup plus au bien être d’autrui avant le sien, ignorant parfois son propre état mental ou physique. Il avait beau n’être pas très stable d’esprit et avoir quelques pathologies anormale, il n’en restait pas pour le moins humain. Au contraire, il pouvait même parfois l’être beaucoup plus que certaines personnes qu’on dit saines d’esprit.

Pour beaucoup c’est une véritable surprise d’apprendre ce que vivent les patients de l’asile au quotidien, à quel point c’est difficile d’avancer quand on a que la promesse de jour meilleure qui se retrouve entacher par la misère qu’ils subissent au quotidien. "Ta mort ? Tu ne pourras vraiment jamais sortir d’ici ?" Le patient resta silencieux un moment. Il n’avait pas la réponse à cette question malheureusement. Lui qui était ici depuis sa plus tendre enfance, l’espoir de voir un jour la lumière du soleil et sortir de cette chambre qui est la sienne depuis plus de dix ans, s’amoindrissait tandis que le temps défilait. Plutôt que de répondre par des mots, le jeune Japonais esquissa un signe négatif de la tête en guise de réponse. Cette réaction pouvait se traduire par la réelle négation de ne jamais pouvoir vivre une vie normale jusqu’à la possibilité d’y passer ses derniers jours. Tout comme l’impossibilité de répondre à cette question. Lui-même ne savait pas si sa libération avait été discuté, peut-être pourrait-il ne jamais avoir l’occasion de s’amuser, profiter de la vie, de rencontrer des gens, de se fonder un avenir avec un travail et une famille. Il n’en savait rien, mais même s’il sortait un jour, la possibilité d’avoir une vie comme tout le monde et de ne pas être dévisager comme un monstre à chacun de ses pas était peu probable.

Mais au lieu de penser à cette fatalité déplaisante, le patient préfère écouter le récit de son nouvel ami d’attente. Se délectant des sensations que cela doit produire, de pouvoir toucher cette liberté qu’il a toujours rêvé d’atteindre depuis les barreaux de sa fenêtre. Alors peut être que son esprit contraint cherche à vivre à travers ce que les autres lui racontent. Il cherche une certaine liberté artificielle, qui réside au cœur même de son imagination pour se donner une raison d’avancer et ne pas sombrer totalement dans la folie. Certains ne le sont pas en entrant à l’asile, mais à force de tourner en rond dans la même pièce toute la journée on le devient forcément. Koichi n’a jamais était totalement normal, au contraire, mais cela méritait-il de l’enfermer depuis tant d’année ? Il en souffre atrocement, mais plutôt que de le montrer aux autres, il préfère arborer un sourire jovial, donner le bonheur que lui n’a jamais eus pour avoir au moins la satisfaction d’avoir rendu heureux quelqu’un. La vie que lui décrivait Yue avait l’air palpitante, bien qu’il ne comprenne pas l’intégralité de ses dires étant donné son manque partielle de culture en dehors de l’hôpital, il y avait tant de choses qu’il aimerait découvrir. "Et toi ? Il n’y aucun souvenir heureux que tu aimerais partager avec moi ? Après tout, tu n’as pas vécu ici toute ta vie, si ?"

« Les plus lointains souvenirs qui me reviennent quand je pense à l’extérieur sont quand j’étais enfant. Quand ma mère m’a offert cette boîte à musique, c’est certainement l’un des souvenirs les plus forts que je garde en mémoire … » Lui qui était entré ici à ses onze ans, il n’avait pas eus le temps de se développer en dehors de ses murs. « Mais j’ai eus des moments joyeux ! » Pendant un moment le patient resta silencieux, cherchant au plus profond de sa mémoire les joies qu’il a pu avoir. Quand une idée lui venait et qu’il ouvrait la bouche, il la referma aussitôt lorsque ce souvenir venait s’obscurcir par les angoisses et les douleurs qui ont suivi. Pourtant on pouvait voir que Koichi redoublait d’effort pour chercher ne serait-ce qu’une parcelle de moment heureux qui a duré, mais il peinait à mettre le doigt dessus. « J’ai soutenu une patiente une fois jusqu’à ce qu’elle sorte de l’hôpital ! » Mais quand il allait continuer il s’arrêta immédiatement dans son récit. Si cette jeune fille à réussit à sortir de cet enfer ? Oui, mais pour cela elle était décédée … C’est alors qu’un visage en particulier éclaira son esprit, chassant l’ombre qui s’étendait sur son cœur. « Si, j’ai eus l’occasion de le rencontrer lui … Un militaire qui était intervenue à l’asile lors d’une attaque. Il a été très gentil avec moi tu sais. On a passé quelques heures heureuses ensemble. Maintenant je suppose qu’il a repris sa vie et qu’il a oublié jusqu’à même mon existence, mais j’ai pu lui donner le sourire, j’en garde un bon souvenir … »

La plupart des rencontres qu’il faisait était toujours synonyme de bonheur pour Koichi. Le contact humain c’est ce qu’il préférait. Bien que la majorité, si ce n’est pas la totalité des gens l’oubliait une fois qu’ils quittaient l’enceinte du bâtiment, Koichi, lui, gardait des souvenirs de chacune de ses rencontres. Jamais il n’oubliait la moindre minute, leur nom, leur visage, ils restaient à jamais dans son cœur même s’il ne compte pas pour la plupart. Son cœur est assez grand pour accueillir tous ces souvenirs passé en leur présence. Il se souviens à chaque séparation leur avoir toujours souhaiter le meilleur et imprimer leur dernier sourire dans sa mémoire comme étant l’accomplissement de son propre bonheur … Le patient se mura soudainement dans le silence en sentant un poids alourdir son cœur soudainement à l’idée que beaucoup ne le reconnaisse pas s’il venait à le recroiser, mais ce qui le torturait le plus c’est sans doute que lui fasse la même chose … Hiro avait plus d’importance à ses yeux sans qu’il ne comprenne réellement pourquoi, mais tout ce qui se ramenait au militaire semblait devenir la chose la plus importante à ses yeux.

Réalisant que sa torpeur reprenait le dessus sur son attitude enjoué, il s’efforça de ne plus y penser et de sourire à l’autre patient. Après tout, lui non plus n’avait pas demandé d’être ici. Le mieux c’était sans doute de lui offrir toutes les bonnes ondes et le bonheur possible pour que le temps avant sa sortie lui paraisse supportable. Koichi balaya ainsi l’affliction qui poignardait son cœur pour reprendre un air beaucoup plus ravi.

« Tu dois avoir hâte de retrouver ta vie ! Est-ce qu’il y a quelqu’un qui t’attends dehors ? » Si seulement Koichi pouvait connaître ce sentiment … C’est obsédé par cette pensée qu’il posa sa question suivante, sans vraiment réfléchir à la teneur de ses propos. « Qu’est-ce que tu ressens en y pensant ? En te disant que quelqu’un va t’accueillir à bras ouvert une fois que tu seras sorti ? » On pourrait mettre cette interrogation sur le compte de sa folie, mais il n’avait réellement pas la moindre idée de ce qu’on peut ressentir. Il voulait savoir, sa curiosité n’était jamais assouvie et quand quelque chose le faisait brûler de cette flamme de désir de savoir, on ne pouvait pas l’arrêter. « C’est peut-être déplacé ce que je te demande ? Désolé, je voulais pas empiéter sur ta vie privée ! »

Tanaka Yue
Devil’s slave
Tanaka Yue
Race/Aspiration : Amateur de paranormal
Emploi/Études : Barman
Date d'inscription : 06/06/2018
Messages postés : 85
Avatar : Yusuke [lynch.]
Jeu 14 Mai - 2:00


Mad in heavenTANAKA Yue & NISHIMURA Koichi



Il me fait de la peine. J’ignore depuis combien de temps il est enfermé ici mais ça, ce n’est pas une vie. Ça me rappelle d’une certaine manière l’existence que je menais lorsque je vivais encore avec mes parents… avec mon père…mon géniteur… Un sourire presque mauvais se dessine sur mes lèvres alors que son visage me revient en mémoire. Ai-je le moindre regret ? Absolument pas. J’ignore encore ce qui m’a donné la force de me libérer à l’époque mais je ne l’en remercierais jamais assez. Aujourd’hui, j’aimerais que Koichi trouve également cette force. Celle de se rebeller et de pouvoir gagner sa liberté même si j’imagine que c’est plus facile à dire qu’à faire. Après tout, on ne peut pas sortir n’importe comment de cet hôpital et puis… j’ignore tout de sa pathologie même si pour moi, il a l’air parfaitement normal. Autant que moi en tout cas... Mais suis-je une réelle référence ?

Il me parle d’une patiente mais à l’expression de son visage je devine que ce n’est pas aussi joyeux qu’il veut bien me le dire. Il en va de même pour ce militaire. En fait, beaucoup de gens passent dans sa vie mais personne ne reste. C’est triste mais j’imagine qu’on ne peut rien y faire. Dehors aussi c’est un peu comme ça. On ne peut pas forcer les gens à rester avec nous. Il faut accepter qu’ils ne soient que de passage.

Quand il me demande si quelqu’un m’attend dehors, je ne peux m’empêcher de lâcher un soupir où se mêle dépit et tristesse.
« Personne. »
Un petit rictus se dessine ensuite sur mon visage avant que je n’ajoute :
« Il y a des gens qui ne sont pas fait pour ça et je n’ai jamais réussi à rester bien longtemps en couple. J’aime un peu trop les plaisirs de la chair… »
Et puis je n’ai pas non plus une personnalité très facile mais ce n’est pas ce qui m’empêche de m’attacher à quelqu’un. Non je crois qu’il y a autre chose. C’est comme si j’attendais quelqu’un ou quelque chose. C’est irrationnel et ça n’a pas de sens mais que voulez-vous ? Ma vie n’est pas tout à fait ordinaire et chaque fois que je m’en fais la réflexion, je repense à ce qui s’est passé cette nuit-là… Quand j’ai tué mon père… Je n’étais pas tout à fait seul, j’en suis certain et pourtant…
« Et ne t’en fait pas ce n’était pas indiscret. Je n’ai jamais eu le moindre problème à parler de ma vie intime ou sexuelle. »
Oui je suis ce genre de personne. Libre, volage, lubrique et sans doute indécente.
« Je ne peux pas te montrer ou t’expliquer ce qu’on ressent quand quelqu’un nous attend, mais je peux te faire découvrir d’autres choses. »
Je réfléchis un instant, me disant qu’il y a sans doute des tas de chose qu’il n’a jamais expérimenté puisqu’il semble être ici depuis des lustres.
« Je pourrais t’embrasser par exemple. Est-ce qu’on t’a déjà embrassé ? »
Si oui, je suis certain que ce n’était pas un homme alors je pourrais être le premier. Chastement s’il veut. Qu’il connaisse au moins l’effet que ça fait de sentir une autre paire de lèvres se presser sur les vôtres.






Nishimura Koichi
Devil’s slave
Nishimura Koichi
Race/Aspiration : Amateur de paranormal
Emploi/Études : Sans emploi
Date d'inscription : 25/05/2018
Messages postés : 76
Avatar : Aki [Arlequin]
Mar 9 Juin - 17:15

Mad in heavenTANAKA Yue & NISHIMURA Koichi

Qu’est-ce que la vengeance au fond ? De la colère ? Essayer de se rebeller et faire changer sa vie n’était pas dans ses cordes parce qu’il ne connaissait rien des sentiments négatifs. En tout cas sa part de lui saine et normale. Pour ce qui est de sa double personnalité c’est tout l’inverse… La violence et la démence incarnée. Lui était un petit peu fou sur les bords et un peu déséquilibré mais cela n’avait rien de malveillant, au contraire. On pouvait plus dire que c’était de l’hyperactivité plutôt que du délire mental. Il n’a jamais blessé personne, a toujours cherché à donner de la joie aux autres sans jamais que cela ne leur donne un sentiment d’horreur. Pourtant à chaque fois qu’il essayait de partager des bonnes ondes, il voyait bien à l’expression des autres qu’il leur faisait peur. Ou alors il inspirait la pitié, ce qui était un peu le cas en ce moment avec son nouveau compagnon de passage. Peut-être que sa présence ne sera que de courte durée, peut-être même qu’il va l’effacer complètement de sa mémoire une fois sortie de là. Mais au moins Koichi se souviendrait de lui et de son histoire. C’est pour cette raison qu’il voulait en savoir plus sur lui et l’entourage qu’il avait et qui attendait sa sortie avec impatience. "Personne." Une réflexion qui choqua profondément Koichi.

« Personne, personne ? Même pas de la famille, des amis, des collègues ? » Il était inconcevable pour le patient de se dire que le jeune homme ne connaissait personne et ne croisait jamais âme qui vive dehors. Il a certainement dû partager avec beaucoup de monde, en étant libre cela agrandissait son champ de possibilité.

"Il y a des gens qui ne sont pas fait pour ça et je n’ai jamais réussi à rester bien longtemps en couple. J’aime un peu trop les plaisirs de la chair…" Couple, une notion qu’il avait déjà entendu mais dont jamais il n’avait réellement compris le sens. Cela avait un rapport avec l’amour mais quelle différence avec la famille et les amis ? C’est la même chose ? Il n’était pas réellement conscient de la nuance ni même des habitudes qu’il pouvait y avoir. Déjà que la notion de famille lui semblait lointaine et celle d’amis difficile à décrypter, alors couple … Tout cela était inconnu au bataillon pour Koichi qui n’avait jamais réellement noué quoi que ce soit avec personne, pas quelque chose de solide et durable en tout cas. Son regard semblait trouver des réponses toutes faites dans son esprit mais on voyait bien qu’il avait déjà perdu le fil de la conversation. Pourtant il tenta de se concentrer à nouveau sur le discours de Yue qui poursuivit. "Et ne t’en fait pas ce n’était pas indiscret. Je n’ai jamais eu le moindre problème à parler de ma vie intime ou sexuelle."

Cela en revanche il avait une vague idée, lointaine et trouble, certes, mais il savait à peu près ce que ça signifiait. Il avait encore de sombres souvenirs d’un cauchemar qu’il a fait, à moins que ça n’en soit pas un ? Il ne savait pas, il ne s’en rappelait plus, l’épais brouillard qui entourait cet épisode de son existence semblait vouloir le protéger de la réalité mais cela lui glace le sang à chaque fois qu’il se le remémore. Disons qu’il en avait connaissance avant que ça se faisait, connaissance indéfini dont il avait entendu parler quelques fois, mais les choses ne lui ont pas paru aussi claires que quand ce sorcier avait fait irruption dans sa vie en lui retirant une des seuls personne pour qui il comptait un tant soit peu ici. Est-ce réellement une bonne chose au final ? Sans doute pas étant donné le voile de ténèbres qui a toujours flotté autour de ce sujet. D’un côté il a toujours voulu en savoir plus sur la profondeur de cet acte, savoir pourquoi les gens ne pouvaient pas s’en passer et pourquoi il en entendait si souvent parler. Ça aussi c’est quelque chose qu’il ne pouvait pas avoir connaissance pour ne jamais l’avoir vécu, que ce soit seul ou non. Mais une crainte au fond de lui l’empêcha de poser plus de questions sur le sujet. "Je ne peux pas te montrer ou t’expliquer ce qu’on ressent quand quelqu’un nous attend, mais je peux te faire découvrir d’autres choses."

Soudain une étincelle de curiosité brilla dans son regard alors qu’il regardait l’autre garçon avec attention. Le sourire lui revint peu à peu alors qu’il semblait faire de légers signes positifs de la tête malgré qu’il n’en n’ait pas réellement conscience. Il voulait en savoir toujours plus sur le monde extérieur, toujours plus sur la sensation de liberté. Il se demandait ce que son camarade d’infortune pourrait bien pouvoir lui faire découvrir, mais quelqu’un qui venait de contrée éloignée, en dehors des murs de l’asile, aurait forcément beaucoup à lui apprendre. Pourquoi même pas en savoir plus sur l’univers, pourquoi la lune, pourquoi le soleil. Ou alors plutôt sur le fonctionnement de la société, est-ce que tout le monde a le même quotidien, pourquoi est-ce qu’il faut travailler pour vivre et plein d’autres choses encore. Choses qui pourraient paraître évidente aux yeux de n’importe quel être humain mais pas pour Koichi qui découvrait tout avec des yeux d’enfant qui n’a connu que l’intérieur de ce bâtiment toute sa vie. Même une île déserte avec des décors époustouflants devraient le rendre plus épanouie. "Je pourrais t’embrasser par exemple. Est-ce qu’on t’a déjà embrassé ?"

« Oui ! Ça je connais ! » Au moins quelque chose qu’il avait déjà pu expérimenter, du moins à ce qu’il croyait … Le jeune homme blond se pencha en peu vers l’autre garçon et déposa un baiser sur sa joue, pensant sans doute à la manière des enfants innocent qu’il s’agissait d’embrasser quelqu’un que de faire ça. « Ma mère m’en faisait du peu de ce dont je me souviens. Mon ancienne infirmière ça lui arrivait aussi quand j’étais jeune… » Ancienne infirmière partit trop tôt à son goût. Sa gorge se noua légèrement en essayant de ne pas repenser aux évènements d’il y a quelques temps … « Mais au moins je sais ce que c’est ! Une marque d’affection ? » Ce n’était pas vraiment un manque d’intelligence, seulement de l’ignorance. Si beaucoup pensent qu’il y a une école au sein de l’hôpital, ils se trompent profondément … Koichi a appris à parler, lire et écrire le Japonais à la période où il n’était pas encore ici. Mais pour tout le reste, ça lui était inconnu. « Tu as autre chose à m’apprendre ? » Le patient avait déjà hâte de découvrir ce monde merveilleux qu’il n’avait pu que rêver ou anticipé depuis le haut de la fenêtre de sa chambre …

Tanaka Yue
Devil’s slave
Tanaka Yue
Race/Aspiration : Amateur de paranormal
Emploi/Études : Barman
Date d'inscription : 06/06/2018
Messages postés : 85
Avatar : Yusuke [lynch.]
Ven 31 Juil - 1:54


Mad in heavenTANAKA Yue & NISHIMURA Koichi



Ah ! Il sait au moins ce que c’est d’embrasser. Je commençais à me poser des questions sur lui mais lorsqu’il presse chastement ses lèvres contre ma joue, je ne peux pas m’empêcher de laisser échapper un rire. Je ne me moque pas vraiment de lui ou alors c’est de moi que je ris. Comment ai-je pu croire un seul instant que nous parlions de la même chose ? Koichi est tellement innocent. Comment est-ce possible ? D’ailleurs je me demande si j’ai vraiment le droit d’essayer de le corrompre. Peut-être vaudrait-il mieux le laisser dans sa bulle d’innocence ?
« Oui c’est une marque d’affection. »
J’esquisse un sourire malicieux alors que j’hésite toujours. Dois-je lui montrer comment moi j’embrasse ? Il pourrait aimer et puis si je ne le fais pas, qui d’autre le fera ?
« Mais il existe d’autres façon d’embrasser. En général ce sont des marques d’amour ou de désir. »
Voilà, j’ai craché le morceau. En plus il me demande de lui apprendre d’autres choses et rien d’autre ne me vient en tête. Il n’y a rien qui ne m’inspire autour de nous, rien que je pourrais lui montrer ou lui expliquer. A moins que je ne me cherche une fausse excuse ?
« Je vais te montrer, une version très chaste, ok ? »
Histoire qu’on ne me reproche pas de profiter de sa naïveté. Il aura tout le loisir de me dire s’il veut découvrir d’autres formes de baiser comme le french kiss mais pour le moment, restons mignon puisqu’il a l’air si innocent. D’ailleurs à côté de lui j’ai l’impression de puer le vice mais je n’en ai pas honte. Je suis ce que je suis et pour rien au monde je ne changerais quoi que ce soit chez moi.
« Ne bouge pas, je vais t’embrasser. »
Je me rapproche alors lentement de lui et presse doucement mes lèvres contre les siennes, sans chercher à les capturer. Juste pour lui montrer qu’on peut aussi embrasser sur la bouche et que ça peut rester aussi chaste qu’un baiser sur la joue. C’est simplement plus intime même si nous n’en sommes pas à l’échange de fluide corporelle.
« Voilà mais il y a encore bien des façons d’embrasser quelqu’un. »
Mais c’est disons un bon début.





Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: